2017 : les missions infirmières ....

missions des infirmières : organisation dans l'académie
Organisation académique pour le repérage
Document Adobe Acrobat 693.8 KB

voila  la circulaire académique des missions !!!

Petit Rappel au préalable ! Monsieur le Recteur souhaitant favoriser les apprentissages et la réussite scolaire de tous les élèves, il a rappelé l'importance lors de nos groupes de travail, de dépister les troubles des apprentissages. Aussi, pour pallier les manquements identifiés, le SNICS avait proposé un dépistage sensoriel (vue , audition) pour les élèves en CP en l'absence de toute visite médicale en maternelle (médecine scolaire ou de ville)

Voici quelques observations  :

Le temps de travail :

Pour les infirmières sur poste inter-degré (soit 1er degré qui comprend les écoles maternelles (??) , élémentaires et le 2nd degré, le collège...) =    50 % collège et  50% 1er degré

Le suivi individuel :

En CP : Il s'agit d'une consultation infirmière pour les élèves n'ayant pu bénéficier d'une visite médicale ! rappelons que cette visite est obligatoire  dans les textes.

L'infirmière effectuera un dépistage sensoriel (vue et audition) mais aussi biométrique (poids taille) !!!

Certes! dans notre académie nous avons un public défavorisé mais en quoi les problèmes liés à l'IMC interviennent dans les troubles des apprentissages !!! les médecins n'ont pas le temps mais les infirmières ont le temps de gérer tous les problèmes de santé publique.........

comment organiser ce suivi ? Un CMS local avec une secrétaire (un service médico social...)  collectera les informations et transmettra à l'IDE la liste des élèves a voir .......

En 6eme c'est une consultation infirmière pour tous les élèves comme nous l'organisons actuellement

En LYCÉE, comme annoncé depuis 2 ans par le SNICS depuis la circulaire de novembre 2015, il n'y a plus de dépistage systématique lors des visites médicales pour les AMD.

l'infirmière est complémentaire des visites médicales dans la lutte contre le décrochage scolaire ..... mais on ne sait pas qui fait quoi dans ce cas ???????????

Les actions collectives :

les professionnels de santé de l'Education nationale apportent leur expertise dans les EPLE.

bien sur !!  Sachant que ce sont  les infirmières qui sont sollicités pour la mise en oeuvre des différents projets d’éducation à la sante !!! 

le bilan annuel :

Chaque année, l'infirmière présente son rapport d’activité au chef d'établissement (qui est le supérieur hiérarchique)  Rien ne justifie de le présenter à un IEN !! 

 

CONCLUSION :

Sachant que les secteurs sont importants chez de nombreuses collègues (nombres de CP, de 6eme)

 

sachant que nous sommes sollicités pour :

les nombreux projets santé, CESC, Gestes qui sauvent, éducation nutrition, vie affective et sexuelle, prévention des dépendances, sécurité routière......

les aménagements de scolarité liés a la santé PAI, à la scolarité PAP,PPS.....les ESS....

les nombreux passages à l'infirmerie....

etc.....

 

COMMENT ALLONS NOUS GÉRER CE SURCROÎT DE TRAVAIL?????????????

sans indemnités supplémentaires ! 

sans NBI malgré le nombres d'enfant MDPH et porteurs de handicap !

sans reconnaissance

L'administration prévoit de revoir la situation dans un an ......C'est revoir les postes des uns (qui ont moins d'effectifs ... comme en LP...) pour aller couvrir des gros secteurs !!

Beaucoup de temps en 1er degré, 

Moins de présence en collège 

Des projets en Santé publique, ARS, .......

Nous nous éloignons de l'Education Nationale 

Le SNICS/FSU est la pour continuer le combat !!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Le national a fait son job : les textes sont parus et ont inscrit la spécificité infirmière à l’Education Nationale.

Maintenant c’est à nous tous, sur le terrain de faire vivre ces textes et de choisir l’avenir de la profession infirmière à l’Education Nationale, en attendant la parution de la circulaire académique !!!

Scénario de l’ascenseur : Je travaille dans le respect des textes (missions + arrêté) :

-       Je suis en conformité avec la loi,

-       mon exercice professionnel requière une grande autonomie,  mon accompagnement prend en compte le jeune dans sa globalité, mes consultations infirmières sont ciblées et personnalisées,

-       je travaille en complémentarité des autres membres de l’équipe éducative  en 1er et 2ème degré notamment dans le cadre du parcours éducatif santé et du suivi d’élèves signalés,

-       je travaille en complémentarité des médecins de l’Education Nationale en assurant le suivi des élèves qu’ils ciblent, et que je leur signale,

-       je suis dans une pratique de catégorie A,

-       je mets en œuvre mes capacités à analyser, concevoir, évaluer… qui sont les déterminants du niveau de Master que nous défendons,

-       je suis en position de revendiquer une spécialité à l’Education Nationale au niveau Master et le salaire qui va avec,

-       je justifie ma position au sein de l’Education Nationale, et en particulier l’organisation de mon emploi du temps spécifique (36 semaines en présence des élèves et règle des 90%-10%).

Scénario du tobbogan : Je travaille hors cadre législatif (en particulier les visites infirmières qui se substituent aux visites médicales des 6 ans) :

-       Je ne suis pas en conformité avec la loi (une lettre de cadrage ne se substitue pas à un arrêté), je suis en exercice illégal de la médecine,

-       je favorise la perte de chance pour ces élèves qui ne bénéficieront pas d’une visite médicale permettant de dépister précocement les troubles du langage et des apprentissages (qui peut être assurée par un médecin traitant),

-       je n’assure pas les missions inhérentes à ma fonction, et en en particulier celle de favoriser la réussite scolaire par un suivi pertinent et personnalisé,

-       je favorise la perte de chance pour ces élèves que je ne pourrais accompagner du fait du non-respect de mes missions et du temps de travail que j’affecte à autre chose,

-       je ne suis pas dans une pratique de catégorie A (du temps de la médecine scolaire, les pesées et mesures étaient effectués par des assistants médicaux en catégorie C),

-       je n’ai pas de spécificité d’exercice, je ne suis plus en position de revendiquer une spécialité à l’Education Nationale au niveau Master et le salaire qui va avec,

-       je n’ai plus de spécificité Education Nationale, je suis dans la situation idéale pour la création d’un corps infirmier interministériel et avec lui la disparition de notre emploi du temps spécifique !

 

 

Ne nous leurrons pas, d’autres sont en train de choisir pour nous ! Notre avenir nous appartient !

LES MISSIONS

Nov. 2015

 

 

               ENFIN !! Les textes sont parus !!                                                             

               Depuis de nombreuses années, le SNICS n’a cessé de communiquer sur ses actions et vous le savez par le biais de nos bulletins d’informations «  DE BUT EN BLANC » envoyés à tous !. Impatiemment, nous attendions les nouvelles missions conformément aux travaux du SNICS et engagement du ministère et du GT 12. Les arbitrages n'ont pas changé et nous restons sur les décisions arrêtées en GT12. Le travail fourni depuis longtemps entre le MEN et le SNICS/FSU paye !!  Même si ce n’est pas exactement ce que nous aurions voulu, des avancées importantes sont présentes dans ces nouveaux textes et notamment pour ce qui concerne notre autonomie professionnelle et nos responsabilités particulières et singulières dans le cadre de la réussite scolaire de tous les élèves.

               Ces missions ne pourront vivre que si nous nous en emparons car certains voudront toujours nous tirer vers le bas.

               Il va falloir continuer à nous battre pour obtenir que notre formation à Éducation Nationale soit universitarisée, dans les ESPE, avec une reconnaissance par un diplôme de master, nous battre pour obtenir, dans le cadre des PPCR, une véritable grille de A type.

               Dans le bulletin officiel n°42 du 12 novembre 2015 vous trouverez :

-       Arrêté du 3/11/2015 sur la périodicité et le contenu des visites médicales et de dépistages obligatoires prévus à article L 541-1 du code de l’éducation

-       Circulaire n° 2015-117 du 10/11/2015 sur la politique éducative sociale et de santé en faveur des élèves.

-       Circulaire n°2015-118 du 10/11/2015 sur les missions des médecins de l’éducation nationale

-       Circulaire n°2015-119 du 10/11/2015 sur les missions des infirmières de l’éducation nationale.

              

 

 

qui fait quoi ? explications

Tableau comparatif des missions
resume MIssions 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 253.3 KB

LETTRE AU NOUVEAU MINISTRE DE L'EDUCATION NATIONALE

                                                                       Monsieur Benoit Hamon                                                                                                     Ministre de l’Education Nationale

                                                                       54 rue de Bellechasse

                                                                       Paris 75013

 

Monsieur le Ministre,

 

Nos organisations syndicales le SNICS-FSU et le SNIES UNSA Education, représentants près de 65% des personnels santé-sociaux, souhaitent attirer votre attention sur la manière dont se sont déroulées les négociations du 28 mars 2014 sur le chantier des métiers santé-sociaux.

 

La publication du décret et de l’arrêté fixant l’organisation de l’administration centrale du ministère de l’éducation nationale, avant la fin des négociations sur le chantier des personnels de santé à l’éducation nationale laisse en suspens des questions fondamentales sans qu’il ne soit question à aucun moment, de définition de la politique de santé des élèves et encore moins de son évaluation C’est pourtant, selon nous, un gage de plus d’efficience des réponses de santé des élèves au service de la réussite scolaire.

 

Or la gouvernance et le pilotage suppose de mentionner explicitement, dans les textes règlementaires, la définition de la politique conduite et son évaluation.

 

En outre, ces textes, si rapidement publiés, éludent le débat qui s’est engagé contre  la création de la MISSE.

 

Cette MISSE consacre la déconnexion entre une gouvernance hors éducation nationale et le pilotage de la politique de santé que Monsieur Peillon consentait à conserver. Ce scénario conduit à éloigner fatalement les missions des infirmières des objectifs inhérents à l’Ecole.

 

Nos organisations syndicales représentatives  de notre profession demandent à nouveau le retrait de la MISSE.

 

C’est pourquoi, Monsieur le Ministre, il nous semble indispensable de vous rencontrer très rapidement afin de rétablir un dialogue social respectueux de la conception que les personnels se font très majoritairement de leur rôle dans l’Institution Education nationale.

 

Dans l’attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de notre considération distinguée.

 

B.Gaultier                                                                              B.Accart

 

Copie à Monsieur B. Lejeune, Directeur de Cabinet

les infirmières du SNICS manifestent a PARIS le 9 janvier 2014

LES INFIRMIERES DE L'ACADEMIE MANIFESTENT A PARIS  :

Vous etiez nombreuses a venir battre le pavé parisien pour défendre nos missions a EN. merci aux participantes de l'académie.

Pour les autres, il est toujours temps de soutenir financièrement notre action par un don, le déplacement à un coût, merci de votre soutien.

 

 

 

 

 

 

 

ne vous laissez pas "endormir" par d'éventuelles informations faisant état d'une victoire !!! c'est le combat du SNICS, la préparation de sa manifestation qui oblige le ministère a revoir sa copie !!! mais rien n'est gagné pour l'instant  

 

 

PETITION POUR LES MISSIONS DES INFIRMIERES :

 

Je demande que soit réaffirmé la responsabilité exclusive du ministre de l’Education Nationale dans le pilotage, l’organisation, l’évaluation de la Santé à l'Ecole et la totale compétence à l’égard des personnels infirmiers.

Je demande le maintien de la hiérarchie administrative par le chef d’établissement. Je refuse par ailleurs toute hiérarchie professionnelle.

Je demande l’élaboration d’un texte règlementaire de politique générale sur une orientation de santé intégrée au projet éducatif, complété dans un second temps par un texte règlementaire pour la profession d’infirmière

SIGNEZ LA PETTION EN SUIVANT LE LIEN : http://www.petitions24.net/snics_pas_sans_les_infirmieres

 

MANIFESTATION

Congres extraordinaire du SNICS/FSU à PARIS

Jeudi 9 janvier 2014

TOUS A PARIS pour la défense de nos missions

 

Le SNICS/FSU académique organise un déplacement à PARIS

Faites votre demande d’absence.

Inscrivez-vous en nous contactant pour la réservation du transport ;

Participation de 30 euros pour les participants et les sympathisants !!

Départ de CALAIS, BOULOGNE, BETHUNE, HENIN BEAUMONT, LILLE et ARRAS.

 

LES MISSIONS

 

POURQUOI DES INQUIETUDES : Malgré un engagement écrit suite à notre manifestation du 22 novembre 2012, le SNICS/FSU s’interroge fortement sur les intentions orales du cabinet de V PEILLON. En effet, les propositions actuelles laissent entrevoir la reconstruction d’une équipe médico-sociale avec la volonté de subordonner les infirmières à une autorité hiérarchique. Il remet, une nouvelle fois, sur la table les enjeux pour l’avenir de la profession à Education Nationale avec les conséquences sur

- Notre autonomie : une gouvernance médicale ? un pilotage A.R.S. ???

- Notre statut : quel avenir pour les mutations ? notre carrière, les CAPA ? Comment muter dans un autre département ?

- Notre temps de travail : 35 heures ?? mais plus la totalité des vacances scolaires ? les infirmières seront disponibles pour les campagnes de vaccination lors des vacances scolaires, les campagnes auprès des personnes âgées l’été ??, …quel avenir pour nos vacances ??

La création d’un service médico-social dans un premier temps peut laisser ensuite la place à un glissement vers la gestion départementale ??

 

Ainsi toutes ces interrogations, dont le conseiller santé n’a pas voulu nous préciser ses « grandes idées » par écrit, nous laissent perplexes !! Pouvons-nous nous réjouir comme certains syndicats ?????. NON !!

Il faut nous battre pour les raisons qui nous ont fait choisir de travailler à Education Nationale, celles de la circulaire des missions de 2001, que le SNICS réclame comme support de travail dans ces nouvelles missions. !!!!

 

Le SNICS n’engage pas l’avenir de la profession sans les garanties qu’elle attend

 

SOUSCRIPTION NATIONALE

Vous ne pouvez venir à PARIS mais vous pouvez soutenir notre action du jeudi 9 janvier par une souscription nationale. Votre participation financière permettra de financer le déplacement à PARIS ;

Envoyez votre participation à notre trésorière : Marie VERVAECKE lycée Beaupré BP 70079 à 59481 HAUBOURDHIN

Cette participation est déductible des impôts.

 

LE CONGE DE FORMATION

La demande de congé formation est à faire et la date limite pour la renvoyer est le 11 mars . Le dossier est a retiré auprès du secrétariat du chef d’établissement, la circulaire est arrivèe le 17 janvier 2013.

N'hesitez pas à me contacter car j'ai obtenu un congé formation en 2012 et je peux vous apporter des informations  pour votre demande.

Valérie GRESSIER 06 75 72 21 58

 


dossier a compléter pour les titulaires.
FORMULAIRE CFP N° 1-2013-2014 (1).doc
Document Microsoft Word 50.0 KB

TEMPS PARTIEL ET DISPONIBILITE

Temps partiel - Disponibilité -Rentrée 2
Document Adobe Acrobat 424.4 KB

Les demandes de travail à temps partiel de droit ou sur autorisation, les demandes de disponibilité sont à faire auprès du secrétariat de votre établissement

                                   avant le   29 mars 2013

 

LE CONCOURS D'ENTREE A L'EDUCATION NATIONALE

L'inscripton se fait sur le site du rectorat du 15 janvier au mardi 5 fèvrier 2013

la date du concours est le vendredi 8 mars 2013.

nous pouvons vous aider à préparer le concours (envoie de documents, conseils)  

Après les résultats, nous sommes là pour vous accompagner.

contactez nous!!

https://ocean.ac-lille.fr/inscrinetATE

 

Épreuve écrite d'Admissibilité :

Réponse(s) à une ou plusieurs questions concernant l'exercice de la profession d'infirmier (durée : 3 heures – coefficient : 1)
Cette épreuve est notée de 0 à 20.
Nul ne peut être déclaré admissible s'il n'obtient pas une note au moins égale à 8/20 à cette épreuve.
Ces questions portent sur les matières figurant au programme fixé pour l'obtention du Diplôme d’État d'Infirmier et sont abordées dans le cadre des missions que sont amenés à remplir les infirmiers du ministère chargé de l’Éducation nationale.

Épreuve orale d'Admission :

Cette épreuve consiste en un entretien du candidat avec le jury (durée : 30 minutes – coefficient : 2).
Cette épreuve est notée de 0 à 20.
Nul ne peut être déclaré admis s'il n'obtient pas une note au moins égale à 10/20 à cette épreuve. Elle débute par un exposé du candidat d'une durée de dix minutes maximum sur sa formation et, le cas échéant, son expérience professionnelle. Au cours de cet exposé, le candidat peut également développer, s'il le souhaite, un projet professionnel. L'exposé est suivi d'une discussion avec le jury d'une durée de vingt minutes au minimum.
La discussion avec le jury s'engage à partir des éléments présentés par le candidat au cours de son exposé et de ceux figurant dans le dossier qu'il a déposé lors de son inscription.
Elle est destinée à apprécier la motivation et les qualités de réflexion du candidat, ainsi que ses connaissances professionnelles et son aptitude à exercer sa profession au regard de l'environnement professionnel des infirmiers du ministère chargé de l'éducation nationale et des missions qui lui sont dévolues.
En outre, des questions portant, notamment, sur les règles applicables à la fonction publique de l’État et l'organisation générale des services centraux, des services déconcentrés et des établissements publics relevant du ministère chargé de l'éducation nationale peuvent être posées par le jury.